Votre recherche :
Habitat cadre de vie

Lutte contre la précarité énergétique sur le territoire du Grand-Langres : 165 000 euros d'aide pour les propriétaires en 2009

Promouvoir un habitat économe en énergie et respectueux de l'environnement en développant l'utilisation des énergies nouvelles et des énergies renouvelables dans les logements, c'est tout l'enjeu du Programme d'Intérêt Général (PIG) mis en place sur le Pays de Langres et le Grand-Langres en particulier.
Le premier bilan 2009 est très positif pour ce dispositif, toutefois victime de son succès. Explications.


45 logements de propriétaires occupants et 15 logements de propriétaires bailleurs étaient concernés par le PIG sur le Pays de Langres en 2009. Le dynamisme politique en matière d'habitat sur ce territoire et le sud Haute-Marne porte ses fruits, à l'image du partenariat passé entre le Pays de Langres, les communautés de communes participantes, dont le Grand-Langres, l'Agence Nationale de l'Habitat (Anah), la Région Champagne Ardenne et Electricité de France.
Concrètement, "un opérateur chargé de l'animation du PIG est allé à la rencontre des propriétaires intéressés, via des permanences comme celles mises en place au Grand-Langres chaque mois" explique Jean Louis Terrezano, responsable technique pour Habitat Développement, le bureau d'étude missionné pour animer le PIG, "nous avons appuyé les propriétaires dans le montage des dossiers de demande de subventions, avec le soutien d'EDF dans l'étude des besoins des particuliers, des diagnostics ont été réalisés, avant et après travaux, avec des résultats au dessus des prévisions" confie-t-il.

Plus de 500 000 euros d'aides ont ainsi été versés en 2009 sur le Pays de Langres, dont 165 000 euros sur le Grand-Langres, pour 1 230 000 euros de travaux engendrés sur le Pays et 450 000 euros à l'échelle seule de la Communauté de Communes.
"70% des propriétaires aidés grâce à ce dispositif ont des revenus très modestes" rappelle Jean Louis Terrezano, qui s'appuie sur un bilan positif de l'opération, 2 bénéficiaires sur 3 ayant pu obtenir le taux d'aide maximal, à savoir 47% des travaux engagés.

Cécile Bouvier, habitante de Charmoilles, a choisi, elle, de changer ses sept fenêtres pour du double vitrage, "pour une économie de chauffage mais aussi contre les nuisances sonores et pour le geste écologique" insiste-t-elle. "Grâce aux aides j'ai pu réaliser ces travaux mais aussi renforcer l'isolation entre le grenier et les étages(...) j'apprécie vraiment aujourd'hui mon confort, la différence est incroyable, je l'ai déjà constatée malgré un hiver rigoureux" confie cette propriétaire occupante, qui a fait réaliser ces travaux en novembre.